Florence Alibran

PARCOURS

Dès l’obtention de mon diplôme de Masseur kinésithérapeute 

en 1983, ne souhaitant pas m’enfermer dans une vision

mécaniste du corps, je me suis rapidement orientée vers

des techniques de rééducation qui considèrent le corps

dans son ensemble et me suis formée à la méthode Mézières.

En 1984, je découvre la gymnastique holistique avec

Marie-Jo Guichard à qui la fondatrice, le Docteur Lily Ehrenfried,

a confié le soin de continuer à transmettre son travail. 

Je m’engage très rapidement dans une formation avec

Marie-Jo, et dès 1986, je donne mes premiers cours.

Depuis lors, je n’ai jamais cessé de pratiquer et enseigner

ce travail en groupe, en individuel sous forme de stages courts

et de stages résidentiels.

 

En 2015, je fais partie du collectif de praticiens en gymnastique 

holistique à l’origine de la fondation de AFGH

(association française de gymnastique holistique) 

https://gymnastiqueholistique.fr

En 2017, j’interviens pour l’AFGH en tant que formatrice

sur la question de l’apport de la gymnastique holistique

dans la problématique de douleur chronique.

 

Depuis 2020, j’interviens pour l’AFGH en tant que formatrice 

de praticien en gymnastique holistique avec trois autres

formatrices avec qui nous travaillons en collégialité.

• L’éducation peut être définie 

comme un double mouvement 

qui porte à la fois vers l’extérieur 

et à l’intérieur de soi.  

(Raphaël Arteau
La perte et l’héritage, Boréal, 

Montréal, 2018, p. 62)

« Le but de mon travail n’est pas d’enseigner 

des mouvements,  mais que mes élèves 

deviennent conscients. 

Je parle de cette conscience qui est au centre, 

qui réagit à l’environnement, qui est capable 

de penser et de sentir »

Elsa Gindler

« La gymnastique à elle seule 
ne fait rien, c’est l‘état d’esprit dans 

lequel on la pratique qui importe. »

Elsa Gindler

florence-alibran.jpg